Maternité et santé

Pourquoi le bébé s’énerve-t-il pendant l’allaitement ?

Pourquoi le bébé s'énerve-t-il pendant l'allaitement ?

L’allaitement au sein est ce qu’il y a de plus précieux qu’une maman peut offrir à son bébé. En plus du développement d’un lien intime entre mère et enfant, cela lui permet d’avoir une bonne immunité et d’assurer sa croissance correctement. Lorsque ce n’est pas possible d’alimenter le bébé au sein, le biberon est une alternative. Cette option n’est pas si mauvaise que ça, comme pourrait le faire croire quelques personnes.

Il peut arriver que le nourrisson refuse les deux et s’énerve rapidement lors de la tétée, comment devrait réagir la maman face à ce problème ? Et pourquoi ces nerfs ?

Les causes des nerfs chez le bébé durant l’allaitement

L’agitation du nourrisson lors de la tétée peut être due à de nombreuses causes, les mamans doivent essayer de cibler la source du problème pour pouvoir y remédier. Les crises nerveuses peuvent avoir un lien avec :

  • Un besoin de faire un rot pour soulager l’estomac et pouvoir continuer à téter ;
  • Un débit de lait trop faible chez la maman si c’est elle qui l’allaite. Ou bien, les trous de tétine sont trop petits ;
  • Un débit de lait trop élevé qui ne laisse pas la chance à bébé de prendre tranquillement sa tétée ;
  • La distraction de la maman durant l’allaitement ;
  • Des douleurs coliques provenant d’une mauvaise alimentation de la maman ou un lait inadapté.

L’estomac d’un nourrisson surtout durant les premiers temps est un organe très sensible et petit, le moindre excès de nourriture peut le pousser à avoir un reflux, si durant toute la période de l’allaitement,il ne s’arrête pas, l’air qui lui passera avec le lait le gênera et il aura besoin de le dégager, ne sachant pas parler, il rejettera le sein ou la tétine et commencera à pleurer. C’est pour cela qu’il faut lui laisser le temps de faire une petite pause et roter de temps en temps.

Quand le débit de lait est trop faible, le bébé fait plus d’effort que d’habitude pour sucer. C’est un effort qui le fatigue alors qu’il a très faim. C’est l’heure de remplir son ventre et non pas jouer à la chasse du lait et donc les pleures commencent. De façon instinctive, il va essayer de comprimer la glande mammaire pour essayer d’avoir plus de lait. A ce moment-là, la maman peut intervenir et l’aider en faisant un changement de côté tout en comprimant son sein.

Il n’y a pas que le débit faible qui énerve un bébé, même quand ce dernier est trop fort, ça le dérange. Avec la faim, il va se retrouver à prendre toute la quantité à la fois. C’est normal, c’est un bébé. Il ne sait rien. Au bout d’un moment, il se rend compte que ce n’est pas ce qu’il y a de plus confortable. Et les pleures recommencent.

Comment calmer les nerfs de bébé pendant l’allaitement ?

L’allaitement est un moment privilégié que partage une mère avec son enfant. Il peut arriver que ce bébé soit distrait au moindre bruit, il s’arrête pour voir autour de lui par curiosité puis revient à sa tétée ou à son biberon, et ceci l’énerve à un moment donné, c’est pour cela qu’on recommande l’allaitement dans un endroit calme.

Le contrôle du débit de lait est très important. Il y a des tétines spéciales selon l’âge du bébé. Elles peuvent aider le bébé à mieux prendre son lait. Si le débit est trop faible, il faut penser à l’aider en rajoutant des trous ou en appuyant fort sur la glande mammaire et changer de sein un peu plus souvent. Il existe aussi des tétines à mettre sur le mamelon dans le cas où le bébé a du mal à attraper le téton. Ca l’aidera en même temps à contrôler le débit de lait.

L’air qui passe pendant l’allaitement gène les petits estomacs de bébés. C’est pourquoi on recommande aux mamans de faire plusieurs pauses pour mettre le bébé sur l’épaule, la tête sur un torchon pour être protégée en cas de vomissement. Ensuite, il faudra taper légèrement sur le dos pour faciliter le dégagement des gaz.

En cas de douleurs de coliques, le bébé n’aura pas envie de téter. Il ne fera que pleurer. L’idéal, c’est d’aller vers des remèdes naturels comme les tisanes à base de graines de cumin ou d’anis. Elles se vendent prêtes en pharmacie. Sinon vous pouvez en préparer chez vous. Si ça ne marche pas, il faut consulter un pédiatre qui vous prescrira des antidouleurs.

error: Content is protected !!